Publicité

Tabagisme : la durée et la qualité de vie raccourcie quantifiée

Bien être Mon corps

Comme tout le monde le sait, le tabac tue, c’est marqué en gros sur les paquets. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 6 millions de personnes meurent chaque année des suites du tabagisme dont 600 000 sont des fumeurs passifs c’est-à-dire qui ont juste eu le tort de se trouver à proximité de fumeurs.

Une nouvelle étude belge qui vient d’être publiée dans la revue BMC Public Health s’est intéressée à l’évaluation de l’effet du tabagisme sur la moyenne des années vécues avec ou sans incapacité, par le calcul de deux indicateurs, à savoir l’espérance de vie sans incapacité, également appelé l’espérance de vie en bonne santé, et l’espérance de vie avec incapacité. Une estimation des effets du tabagisme en termes de survie ou d’invalidité chez les non fumeurs a aussi été mesurée. Cette étude s’est basée sur les données d’incapacité et de mortalité de 2 études belges réalisées en 1997 et 2001 et le suivi de la mortalité des participants à ces études pendant 10 ans. L’incapacité a été définie comme une difficulté dans l’exécution des activités de la vie quotidienne, une perte de mobilité, une incontinence ou encore une altération des fonctions sensorielles (vision et audition).

Les résultats de cette étude rejoignent les données déjà publiées : la prévalence de l’incapacité et le taux de mortalité sont plus élevés chez les ex-fumeurs, les fumeurs légers et les gros fumeurs par rapport aux personnes n’ayant jamais fumé. La nouveauté de cette étude est la quantification de l’espérance de vie des fumeurs par rapport aux non-fumeurs. En effet, pour des fumeurs et fumeuses moyens âgés de 30 ans, les conséquences du tabagisme sont une diminution de l’espérance de vie de 7 ans et 10 mois pour les hommes et de 8 ans et 2 mois pour les femmes. De même pour le nombre d’années à vivre en moins bonne santé, qui est de 6 ans et 3 mois pour les femmes fumeuses et de 6 ans et 10 mois pour les hommes fumeurs. Autre donnée intéressante, les anciens fumeurs ont quant à eux perdu deux ans et demi de leur vie.

Pour ne rien changer, le tabagisme tue et réduit l’espérance de vie avec ou sans incapacité. Cette étude n’est qu’un argument en plus pour inciter les fumeurs à arrêter le plus tôt possible et les non fumeurs à ne pas commencer.

K.L

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password