Publicité

La variation de l’incidence socio-économique de la maladie coeliaque chez des enfants  au Royaume-Uni

Les 3 M Maladies

Selon les travaux d’une équipe de chercheurs de la division « Epidemiology and Public Health » de l’Université de  Nottingham, Le peu d’études qui ont investigué l’existence possible d’un gradient socio économique avec la maladie cœliaque (MC) ont rapporté des résultats contradictoires.

Compte tenu de cela et de l’absence d’études basées sur de larges populations évaluant le modèle de diagnostic clinique de la MC parmi les enfants au Royaume uni, cette équipe à examiné la présence de cette maladie chez les enfants jusqu’à 18 ans d’âge, et sa variation par classe sociale, âge, sexe, période de l’année et régions du pays.

Les résultats de cette nouvelle  étude ont été publiés par le  « British medical journal ». Il en ressort qu’environ  1% des enfants au Royaume-Uni ont des marqueurs sanguins de la maladie cœliaque, une réaction auto-immune au gluten alimentaire du blé, de l’orge et du seigle.

Dans une tentative pour évaluer les tendances actuelles de diagnostic, l’équipe de recherche a évalué les données contenues dans « The Health Improvement Network (THIN) », une base de données au Royaume-Uni contenant les dossiers de santé de soins primaires.

Ils ont  identifié tous les enfants âgés de 0 à 18 ans enregistrés entre 1993 et 2012 selon les pratiques générales au Royaume-Uni contribuant à une grande base de données de pratique générale basée sur la population

L’incidence de la (MC) a été évaluée dans chaque quintile selon  l’indice de privation dit « Townsend index » qui mesure le niveau de vie  et stratifiée par âge, sexe, pays et année civile.

Parmi 2 063 421 enfants, les chercheurs  ont identifié 1 247 diagnostics de (MC), correspondant à une incidence de (MC) globale de 11,9 pour 100 000 personnes-années. Chiffre, similaire dans les  quatre régions  du Royaume-Uni et touche plus les filles que les garçons.

L’analyse et l’étude des données obtenues ont confirmé l’existence d’ un gradient de diagnostic (MC) se traduisant par un taux de diagnostic de 80% plus élevé chez les enfants des zones les moins favorisées par rapport à  celui correspondant aux zones les plus favorisées (rapport de taux d’incidence 1,80, IC 95% 1,45 à 2,22) .

Cette tendance s’est maintenue aussi bien pour les garçons que pour les filles avec des associations remarquables entre (MC) et le statut socioéconomique et similaires dans les quatre régions du Royaume-Uni.

L’incidence de la (MC) jusqu’à 2 ans d’âge est restée stable sur la période d’étude, alors que les diagnostics parmi les enfants dépassant cet âge ont presque triplé au cours des 20 dernières années.

En conclusion on note que les enfants vivant au Royaume-Uni dans les zones les plus  défavorisées socialement et économiquement sont plus susceptibles d’être diagnostiqués avec la maladie cœliaque.

Des campagnes d’information et l’établissement de guides de diagnostic  pourraient aider à mettre en place une stratégie d’évaluation de  tous les cas des enfants atteints afin de réduire ces inégalités. De plus l’utilisation de nouveaux guides de pédiatrie avec la possibilité d’identifier les cas symptomatiques sans le recours à la biopsie pourrait également augmenter l’accès au diagnostic des enfants des régions défavorisées.

Des études ultérieures pourraient contribuer  à explorer les associations possibles entre l’exposition aux facteurs de risques spécifiques de la MC dans les différentes classes socio économiques.

 

B.H.S

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password